Accueil » Blog » Annonces vertes » L’UE durcit la réglementation pour le bois de palissandre

L’UE durcit la réglementation pour le bois de palissandre

guitare en noyerLe bois de palissandre est un bois de la famille des dalbergia jusqu’alors très utilisé en musique, notamment pour la confection des guitares. Très convoités pour leur rareté et leur beauté, les dalbergia sont en proie à un trafic illicite incessant, ce qui a engendré, à terme, leur quasi-dispartition. L’UE impose désormais un enregistrement systématique de tous les éléments composés à base de ce bois tropical.

Les dalbergia classés en annexe II

En février dernier, lors de la 17ème session de la Conférence des Parties (COP17), la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) de Johannesburg a décidé de l’inscription de tous les arbres de la famille des dalbergia, dont le palissandre, dans l’annexe II de la CITES de l’UE, et ce suite à leur disparition progressive.

Chaque fournisseur européen de bois doit dorénavant se procurer un permis pour chaque nouvelle importation et un certificat CITES pour toute expédition hors UE. Ces documents sont fournis par le service instructeur CITES de la région dans laquelle le fabricant est installé, la demande se faisant via l’application informatique i-CITES.

En ce qui concerne les échanges intracommunautaires et les achats aux fournisseurs européens ou bien les ventes à destination d’un revendeur ou détaillant établi dans un des états membres – aucun document spécifique n’est requis, même s’il est toujours judicieux de préciser le nom scientifique de l’espèce pour éviter les soupçons, ainsi que de préciser s’il s’agit de spécimens pré-convention ou, le cas contraire, indiquer les références du permis d’importation correspondant.

Certains bois de palissandre étaient déjà classés en annexe II depuis plusieurs années, comme le palissandre de Madagascar, classé depuis 2013. Jusqu’alors seuls les produits bruts étaient concernés, depuis cette année, ces mesures s’appliquent également aux produits finis.

Fabricants et musiciens doivent s’adapter

Pour les fabricants, cela veut dire qu’il faut désormais obligatoirement obtenir un permis supplémentaire de réexportation s’il souhaite exporter des instruments pourvus de palissandre en dehors de l’UE, en plus du permis qu’il aura déjà demandé pour leur importation. Bon nombre de fabricants d’instruments de musique relevant du statut d’indépendant, cette complexification administrative les oblige à s’adapter, en cherchant par exemple à retravailler les bois européens, comme le poirier, l’aulne, le cerisier, l’érable, le noyer, le frêne, le tilleul… beaucoup plus accessibles et provenant de forêts gérées durablement. Ce qui garantit aux consommateurs des achats responsables.

Pour le musicien qui désire voyager en dehors des frontières de l’UE, il lui faudra impérativement accompagner son instrument si celui-ci contient des matériaux inscrits dans l’annexe I (comme le palissandre de Rio ou l’ivoire), d’une facture détaillant la traçabilité des bois utilisés, ainsi que d’un document CITES appelé Certificat d’instrument de musique.

© image guitare en bois de noyer : adrien-collet-luthier.com

Sauf mentions contraires, textes et photos © www.espritcabane.com
août 2017 [Annonces vertes]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bienvenue sur mon site Esprit Cabane, Si vous avez trouvé ce que vous êtes venu chercher, voici quelques façons de me remercier !
Cordialement, Nathalie Boisseau