Esprit Cabane

Bahut de campagne

Tous les meubles ne sont pas fait de bois nobles, on trouve plus souvent en brocante de vieux bahuts ou buffets en planches, d’essences plus ou moins précieuses. Souvent dédaignés mais faciles à retaper, ces meubles à « deux francs six sous » peuvent donner un vrai cachet campagnard à la cuisine.
Ce meuble deux portes aux dimensions confortables attendait repreneur dans un dépôt vente ; tel quel il était grisâtre et sans intérêt avec ses deux grandes portes de mauvais bois. Restauré, il servira à stocker casseroles et denrées diverses à la cuisine mais il pourrait également jouer le rôle de vaisselier sans complexe dans la salle à manger.

Une fois le meuble installé à l’atelier, on commence par en faire le tour. D’ors et déjà, les problèmes se révèlent les uns après les autres : le plateau n’est pas à niveau, un des pieds est sans doute trop court. Une des portes est décalée, il faudra vérifier les charnières.
La restauration commence : démontage des portes, fabrication d’une cale pour le pied. Nettoyage à la lessive Saint Marc, décapage, ponçage. Cette phase, toujours longue et fastidieuse, doit se faire soigneusement car c’est la garantie d’un beau résultat. Dans le même temps, on évide les portes à la scie sauteuse pour ne garder que les encadrements (on peut faire les avants trous avec un simple foret à bois). La phase de préparation est maintenant terminée.

Peinture essuyée

Une façon de peindre simple et efficace qui fait son effet, et qui est idéal pour ce genre de
meuble sans prétention.
La technique : on applique au pinceau une peinture légèrement diluée à l’eau. On retire l’excédent avec un chiffon non pelucheux. Le bois apparaît en transparence. Avantages : en cas de décapage plus ou moins uniforme (une partie du bois est bien ressorti, une autre moins) on peut faire varier les effets de transparence, laissez plus ou moins de peinture. Dans tous les cas, il vaut mieux faire un test au dos du meuble, comme ici avec un vert d’eau. C’est le seul moyen efficace pour juger de l’alchimie bois / couleur. Finalement, pour cette restauration, on a opté pour un jaune maïs, jugé plus approprié. Cette technique de peinture essuyée s’accommode de tons plutôt clairs, mais vous pouvez laisser libre cours à vos envies, osez des couleurs plus vives…

Grillage à poule

Alterner rangements ouverts et fermés, c’est la clé d’une cuisine ouverte et conviviale.
Dans cet esprit, le choix de l’indémodable grillage à poule pour habiller les portes du bahut se fait naturellement. Le grillage renforcera également le côté campagnard du meuble. La technique : on découpe dans le rouleau (ils existent en différentes largeurs) la longueur de grillage désirée par porte, en prévoyant un peu de marge. On laisse les morceaux quelque temps sous des poids pour les détendre. Ensuite, on agrafe à l’intérieur des portes. Avantages : peu onéreux, simple à poser, le grillage poulailler change la physionomie des meubles restaurés, les rendant moins massifs, moins « lourds ». On le choisira en priorité pour changer des panneaux en mauvais état ou sans intérêt décoratif, comme ici. Le grillage peut s’adapter partout, habiller armoires lingères, bonnetière, table de chevet.

Finitions

Finalement, le plateau du bahut restera brut : les planches sont belles et le ton du bois s’accorde bien à la peinture. L’intérieur a quant à lui été intégralement repeint dans un souci à la fois d’hygiène
et de cohésion. Des poignées en alu s’accordent au grillage galvanisé et viennent à point pour finaliser la restauration.