Avelpik

sac kiteLa marque Avelpik produit des sacs originaux réalisés à partir de voiles de kitesurf réformées. Cette matière impose un style intéressant, très « street wear », familier aux cerfs-volistes, amateurs de chars à voiles et autres « kiteux »…

L’entreprise bretonne répare également des voiles, des tentes, créée sur commande toute sorte d’accessoires ou de sacs, fabrique des poufs in et outdoor.

Entretien avec son créateur,
Philippe Laurent.
couture cerf-volant

L’idée

Que veut dire Avelpik ?
C’est l’assemblage de deux mots bretons : « Avel » veut dire Vent, et « pik » signifie piqûre. Les deux ensemble sonnent bien.
Comment vous est venue l’idée de réutiliser les voiles de kitesurf, les toiles de « spi » ?
J’ai toujours fabriqué et réparé mes cerfs-volants, mes ailes de traction… En pratiquant les loisirs liés à la voile, on découvre tout ces textiles, aux qualités très techniques. La toile de spi (spinnaker) est légère, imperméable, indéchirable. Dans le même temps, j’ai découvert la couture et pour moi c’est devenu une véritable passion.
J’avais eu l’occasion, plus jeune, d’assister à la fabrication de voiles et j’avais été très impressionné.

L’entreprise

Qu’est-ce qui vous a décidé à créer votre entreprise ?
Il y a peu de réparateurs spécialisés en voiles de kitesurf ou de powerkite. La couture technique, comme celle que je pratique, est encore peu connue du grand public, ou réservée à la plaisance. Les possibilités créatives avec les voiles recyclées sont pourtant vastes : sacs, accessoires, poufs, coussins, déco, luminaires…
Quelle forme avec-vous choisi pour votre entreprise ? Quels ont été les investissements ?
Le statut d’auto-entrepreneur m’a semblé le plus simple et le moins onéreux pour démarrer.
Mes investissements principaux ont été l’achat de matières premières (toiles, scotch…) et une deuxième machine à coudre, équipée du zig-zag trois points, que j’aime beaucoup car il est très graphique.
J’ai également fait un stage en voilerie pour affiner ma technique.
création sac

La création

Comment se passe une création de sac ?
Tout d’abord j’observe : je cherche des formes adaptées au matériau utilisé ; le spi est souple, le dacron, plus rigide. Ensuite, je fabrique un gabarit et un prototype. Je présente le sac à mes proches, à mes clients. En fonction des réactions, je fais évoluer le modèle. Je joue aussi beaucoup avec les logos présents sur les voiles.

L’écologie industrielle

toile spiL’entreprise Avelpik est un parfait exemple d’écologie industrielle. Ce modèle propose de repenser la production en y incluant la gestion des déchets. Les excédents des uns deviennent les ressources des autres.
Des expériences de symbioses industrielles sont actuellement menées au Danemark, en Namibie, en Suéde, au Royame-Uni… Tous ces projets éco-industriels sont souvent très inventifs, luttent contre les effets de crises, apportent bénéfices écologiques et économiques.

portrait avelpik

Appel aux voiles de kite réformées
Avelpik est preneur de toutes les voiles de kite ou de chars déchirées, réformées, déclassées, inutilisées… « Ce type de matériel évolue rapidement et les voiles n’ont souvent plus le niveau de sécurité requis. Merci de penser à Avelpik. »
Plus d’infos sur l’atelier-boutique : avelpik.com
Qui est Philippe Laurent ? Ce finistérien est un ancien enseignant (électricité) de 40 ans. Depuis 20 ans, il est passionné de cerfs-volants et de kitesurf. Il a fondé Avelpik en janvier 2009, grâce au statut de l’auto-entrepreneur.

Sauf mentions contraires, textes et photos © www.espritcabane.com
septembre 2009 [Créateurs verts]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bienvenue sur mon site Esprit Cabane, Si vous avez trouvé ce que vous êtes venu chercher, voici quelques façons de me remercier !
Cordialement, Nathalie Boisseau