Smiling art

recup artChristian Courtois est un créateur qui suscite des sourires ; un pied de nez aux expressions artistiques parfois (trop) sérieuses, tristounettes ou déprimantes. Interview.

Créateur d’insolite

Comment vous est venue cette passion de recycler les objets en objets d’art ?
Depuis ma prime jeunesse, j’aimais bricoler avec ce qui me tombait sous la main. Je pense que j’ai hérité de mon grand père le soin de garder des choses « qui pourraient encore servir ». Mon père n’était pas bricoleur mais il aimait classer et répertorier livres et documents de toutes sortes. Certains de mes ancêtres avaient aussi le don de divertir et de faire rire.

lapin racine
J’ai hérité un peu de tout cela et j’y rajoute mon imagination particulière de pouvoir « faire flèche de tout bois ». A l’âge de 16 ans, j’ai eu un premier déclic artistique en découvrant des arbres repiqués à l’envers, aux racines taillées et peintes en couleurs vives pour en faire ressortir des êtres étranges. J’ai embrayé en découvrant la grande richesse qui se cache dans les bouts de racines et de branches.

lapin racinePlus tard, en 1997, une exposition intitulée « Magritte en compagnie : Du bon usage de l’irrévérence » présentait des créations tout venant avec n’importe quoi. J’y ai notamment découvert un grand « tableau » fait de coquilles de moules juxtaposées de Marcel Broodthaers.

A partir de ce moment, je me suis senti autorisé à créer moi aussi avec n’importe quoi, en faisant confiance en un jugement objectif et désintéressé des « connaisseurs » (!!!) Pour éviter toute polémique sur la qualité artistique de mes oeuvres, je les appelle d’ailleurs « cricouteries » [contraction de Chistian Courtois, NDLR] plutôt qu’ »oeuvres » et je me présente non pas comme « Artiste » mais comme « créateur d’insolite ».

La mémoire des objets

Qu’est qui déclenche la création d’un objet ?
Chaque « cricouterie » pourrait s’accompagner d’une anecdote du fait que chacune d’elles naît à partir d’une chose bien tangible qui ne sert plus, qui est démodée, un objet cassé, un produit de consommation courante et éphémère dont je décide de garder la mémoire, un déchet quelconque. C’est à chaque fois une décision de sauver « la chose » de l’oubli ou de la poubelle.

De quels artistes vous sentez-vous proches ? Les surréalistes ?
Effectivement, ce sont René Magritte et Salvator Dali qui m’ont inspiré l’expression de l’insolite, de l’inattendu, parfois d’un renvoi vers la chose. Exemples : « Le dentifrice qui se brasse les dents », « Le verre qui a soif », « Une toilette qui lit le journal ».

oeufs kinderComment réagit le public en voyant vos oeuvres ?
Mon grand plaisir lors de expositions est de voir à distance les sourires sur les visages des visiteurs et la bonne humeur communicative. Une personne seule, souvent découvre, s’étonne puis sourit. Lorsqu’elles sont deux ou plusieurs, il se produit un échange de découvertes avec des plus grands sourires voire même des rires chaleureux.

Recyclage, 3 R, écologie créative : qu’en pensez-vous ?
Comme certains de mes aïeux, je suis conservateur tout en me posant la question de savoir qu’après moi, toutes ces choses, soigneusement gardées, pourraient n’intéresser personne et se retrouver dans un conteneur. Le meilleur moyen de les sauver est de les sublimer en « recyclage humoristico-artistique ».

Pour aller plus loin :
Christian Courtois, créations, contact, portrait : cricou.be
Marcel Broodthaers, bio, expos : paris-art.com
Salvador Dali, bio, films, oeuvres : arts.fluctuat.net
René Magritte, bio, portrait, expo : evene.fr
Copyright : photos : © Christian Courtois


Sauf mentions contraires, textes et photos © www.espritcabane.com
mars 2009 [Créateurs verts]

1 commentaire
  1. # Rangan Kati le 03 06 2014 à 15 h 58 Reply

    Mais oui, c’est tout à fait ce qui me plaît!!!!!!

Laisser un commentaire