Accueil » Magazine » Tendances écolos » Bio et local : 10 (bonnes) raisons de s’abonner à un panier de légumes

Bio et local : 10 (bonnes) raisons de s’abonner à un panier de légumes

panier bio

S’abonner à un panier de légumes bio (et local forcément !), c’est la solution à pas mal de problèmes et une source de plaisirs gourmands. Voici une liste (non exhaustive) de bonnes raisons pour se décider.

1/ C’est bon pour la santé
Avec un panier hebdomadaire, on va avoir tendance a manger plus de légumes, c’est mécanique. Les paniers sont en général bien garnis et les légumes très divers. L’alimentation va s’améliorer, voire même être complétement modifiée, et la santé s’en ressent. Les nutriments et les vitamines vont aider à combattre la fatigue, les infections et à soutenir le bon développement des enfants. Et cerise sur le panier, en optant pour un régime plus végétarien, on maigrit !

2/ C’est délicieux
Un panier de légumes locaux permet d’accéder au meilleur au niveau gustatif ; votre réfrigérateur n’aura rien à envier aux réserves d’un grand restaurant ! Vous allez redécouvrir des saveurs oubliées, prendre plaisir à cuisiner, vouloir inviter vos amis plus souvent et retrouver le gout d’une bonne pomme de terre.

3/ C’est frais
C’est même ultra-frais ! Les produits ont été cueilli le matin même, la veille ou l’avant-veille. Cela se voit, se sent et s’expérimente. La salade reste craquante une semaine (!), les haricots verts sont vraiment frais, les radis sont croquants et savoureux, les herbes aromatiques embaument. Et même le bio de supermarché ne supporte pas la comparaison avec le bio local.

4/ Cela rend créatif
Le panier permet de cuisiner des légumes vers lesquels on n’irait pas spontanément. Cela permet de découvrir de nouvelles saveurs et de nouvelles façons de les accommoder. C’est l’occasion de tester sa créativité culinaire, de sortir des basiques et d’innover. Evidemment si un légume ne plaît vraiment pas à un membre de la famille, on le signale et on procède à un échange.

5/ C’est local
Il est plus logique et écologique de préférer une nourriture qui n’a pas parcouru des milliers de kilomètres avant d’arriver dans son assiette. Le précurseur locavore Stéphane Linou va même jusqu’à tracer un rayon de 150 km autour de lui et exclu de son assiette tout se qui n’est pas produit dans ce périmètre – café et fruits exotiques compris (il relate son expérience, fort instructive, ici : www.mangeonslocal.fr). Sans aller jusque-là, ça tombe sous le sens de préférer des oignons qui ont poussé à 5 kilomètres de chez soi plutôt que ceux qui ont parcouru 5000 kilomètres… (J’ai acheté un jour des oignons bio dans une grande surface, ce n’est qu’à la maison que j’ai découvert qu’ils venaient d’Egypte !)

Y a quoi dans ton panier ?
En septembre, j’ai eu (photo en haut) dans mon panier :
– 400 g de haricots verts,
– 1 kg de pommes de terre,
– 1 botte de carottes,
– 3 poireaux,
– 3 petites salades,
– 1 livre de courgettes
panier juin
En juin, j’ai eu dans mon panier :
– 1 botte de carottes,
– 1 botte de navet,
– 1 chou rave,
– 2 salades,
– du mesclin,
– des côtes de bettes,
– 1 botte d’échalotes,
– 1 bouquet de persil

Ils viennent des Jardins de Trélen (Finistère Sud, Bretagne)

6/ C’est de saison !
Non seulement, on ancre concrètement sa consommation dans les saisons, on se raccorde au rythme de la nature, mais à la nouvelle arrivée de légumes primeurs c’est un plaisir gourmand renouvelé : on déguste les premiers radis, les premières courgettes, les jeunes asperges…

7/ C’est économique
Acheter en direct à un maraicher permet de bénéficier d’un prix moins élevé qu’en magasin, c’est logique. Selon les structures (AMAP, Jardins de Cocagne, Maraîchers, Jeunes agriculteurs), on aura une ristourne plus ou moins importante sur des produits très qualitatifs. A l’année, cela fait une différence.

6/ On soutient l’agriculture bio
Les surfaces agricoles cultivées en bio ne sont que de 6,5 % actuellement. Les enveloppes d’aides à la conversion et au maintien de cette agriculture ne sont pas encore suffisantes. Les politiques tardent à se mettre en place. Nous, consommateurs, avons un rôle à jouer dans cette conversion.

8/ Cela développe le lien social
On échange des recettes, des nouvelles, des idées autour des paniers de légumes bio. C’est convivial et instructif.

9/ On soutient l’économie locale
Votre argent va permettre à une exploitation de vivre et de se développer. Cela va alimenter l’économie concrète et locale et pas enrichir de lointains actionnaires (qui n’en aucun besoin) déconnectés de l’économie réélle.

10/ On apprend plein de choses
Votre producteur est un professionnel qui va vous en apprendre beaucoup sur les variétés, les particularités de culture, de préparation de chaque légume et fruit. Si vous aimez cuisiner, manger, cela va forcément vous intéresser.

Le premier locavore de France

Sauf mentions contraires, textes et photos © www.espritcabane.com
octobre 2017 [Tendances écolos]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bienvenue sur mon site Esprit Cabane, Si vous avez trouvé ce que vous êtes venu chercher, voici quelques façons de me remercier !
Cordialement, Nathalie Boisseau


Collaborations - Livres - Ateliers

Pochains ateliers Peindre au naturel
- Jeudi 26 octobre 2017 (14-16 h)
Ile-Tudy (29980) à l'Atelier CEAPC
- Samedi 4 novembre 2017 (14-16h)
Trégunc (29910) chez Ty Vrac
>>> Plus d'infos >>>