*** Construction : Mortier riz gluant et chaux - Esprit Cabane
Rédigé le | Mis à jour le | Maison écolo

Muraille de Chine Des scientifiques chinois, conduits par Bingjian Zhang, viennent de découvrir que le mortier servant à sceller les briques de la muraille de Chine contenait du riz gluant. En effet, ce mortier est réalisé à partir d’une soupe de riz gluant (amylopectin, un hydrate de carbone complexe) et de chaux (carbonate de calcuim). Ce qui expliquerait peut-être la longévité du monument.
Zhang n’hésite pas à qualifier cet ajout d’un élèment organique à un élèment minéral, comme « l’une des plus grandes innovations technologiques de l’époque ». En effet, des pagodes, des tombeaux et des murs érigés grâce à ce mortier sont encore debout ; certaines structures résistent même aux bulldozers et aux tremblements de terre.
D’après les tests réalisés, l’ajout de riz cuit augmente sensiblement la résistance mécanique du mortier. Ce mortier s’avère évidement un mortier de restauration adapté à la maçonnerie ancienne. Une découverte qui confirme l’habileté et la créativité technique des générations précédentes.

Source : American Chemical Society, mai 2010

[Edit du 10 avril 2017]
Voici la traduction de l’étude (texte original en anglais, lien ci-dessus)

« Le remplacement ou la réparation du mortier de maçonnerie est habituellement nécessaire dans la restauration des constructions historiques, mais la sélection d’un mortier approprié est souvent problématique. Un choix inapproprié peut entraîner une défaillance du travail de restauration, et peut-être même d’autres dommages. Ainsi, une compréhension approfondie de la technologie originale du mortier et la fabrication de matériaux de remplacement appropriés sont des objectifs de recherche importants.

De nombreuses sortes de matériaux ont été utilisés au cours des années dans des mortiers de maçonnerie, et la technologie a progressivement évolué du mortier monocomposant de l’Antiquité aux versions hybrides contenant plusieurs ingrédients. À partir de 2450 avant notre ère, la chaux a été utilisée comme mortier de maçonnerie en Europe. À l’époque romaine, des cendres volcaniques broyées, de la poudre de brique et des copeaux de céramique ont été ajoutés au mortier à la chaux, améliorant considérablement les performances. En raison de ses propriétés supérieures, l’utilisation de ce mortier de mortier hydraulique (c’est-à-dire capable de se poser sous l’eau) a été adoptée dans toute l’Europe et l’Asie occidentale. Peut-être en raison de l’absence de matériaux naturels tels que les cendres volcaniques, la technologie de mortier hydraulique n’a pas été développée dans la Chine ancienne. Cependant, un matériau de construction composite inorganique-organique spécial, un mortier collant de riz et de chaux a été développé. Cette technologie a été largement utilisée dans les bâtiments importants, comme les tombeaux, les constructions urbaines, et même dans les installations de conservation de l’eau. C’est peut-être la première technologie de mortier composite inorganique-organique répandue en Chine, ou même dans le monde. Dans ce compte, nous discutons les origines, l’analyse, la performance et l’utilité dans la préservation historique du mortier collant de riz et de chaux.

Les échantillons de mortier provenant de constructions anciennes ont été analysés à la fois par des méthodes chimiques (y compris le test d’amidon d’iode et l’expérience d’attaque acide) et les méthodes instrumentales (y compris la calorimétrie de balayage différentiel thermogravimétrique, la diffraction des rayons X, l’infrarouge à transformée de Fourier et la microscopie électronique à balayage). Ces résultats analytiques montrent que l’ancien mortier de maçonnerie est un matériau composite organique-inorganique spécial. Le composant inorganique est le carbonate de calcium, et le composant organique est l’amylopectine, qui provient vraisemblablement de la soupe de riz collante (sticky rice soup) ajoutée au mortier.

Une étude systématique de la technologie collante du mortier au riz et à la chaux a été menée afin de déterminer les bonnes pratiques dans la restauration des bâtiments anciens. Des mortiers de chaux avec du riz collant variable ont été préparés et testés. Les propriétés physiques, la résistance mécanique et la compatibilité du mortier à la chaux ont été considérablement améliorées par l’introduction de riz collant, ce qui suggère que le mortier collant de riz et de chaux est un matériau approprié pour réparer le mortier dans la maçonnerie ancienne. En outre, l’amylopectine dans le mortier à la chaux a été jugée comme un inhibiteur; La croissance des cristaux de carbonate de calcium est contrôlée par sa présence, et une structure compacte résulte, ce qui peut expliquer les performances améliorées de ce composite organo-inorganique par rapport au mortier de chaux ne contenant qu’un élément.




26 réponses à “Construction : Mortier riz gluant et chaux”

  1. Je pense qu’en Asie c’est comme en Afrique, il n’y a pas d’eau de cuisson de riz restante. Ce n’est pas l’Europe et le riz cuit dans des litres d’eau qui est jetée par la suite (riz à la créole ??). Donc je pense plutôt pour une sorte de farine de riz mélangée à de l’eau qui est ensuite cuite et réduite en pâte avant d’être ajoutée à la chaux ! Bref, il faut tester pour savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Au hasard
  1. Actus écolos mars avril 2010
  2. Doudou en polaire
  3. Container City à Londres
  4. Le nouveau blog esprit cabane
  5. Composteur en palettes